(à Ricardo Ozier-Lafontaine)

 

 

Aborigène !

 

C’est dans tes gènes,

 

ton ADN jusqu’au bout du crayon…

 

En noir et blanc

 

métissage, contraste ou cohabitation ?

 

Entrelacs de points, tressage de lignes,

 

labyrinthe pour retrouver ses origines

 

aborigènes mais non sans plaisir…

 

 

 

 

Toute œuvre naît d’un questionnement,

 

tentative hasardeuse plus ou moins réussie d’expliquer l’univers par un mouvement,

 

spasme s’appropriant l’espace à un moment donné du temps…

 

 

 

 

Alors sans hésiter vas-y, bouge !

 

Fais-le sans crainte,

 

va où le dessin t’emmène,

 

où le destin te mène…

 

Au bout de ce labyrinthe,

 

au bout de ton pinceau,

 

subconsciente identité,

 

mémoire d’un collectif inconscient

 

se déclinant en pictogrammes d’une écriture automatique sans mots,

 

se trouve la réponse sous forme d’un point final rouge

 

comme de cire fondue le sceau

 

scellant l’œuvre achevée

 

jusqu’à la prochaine question posée…

Patrick Mathelié-Guinlet 

Martinique, le 11 Janvier 2020