Ocytocine,

La série OcytHocine de Ricardo Ozier-Lafontaine est un travail sur la chimie du corps,lorsqu'il fait naître le sentiment amoureux. Tout en restant fidèle à son tracé automatique en noir etblanc, l'artiste recompose ses toiles.

 

La forme ovoïde, ventre habité ou amas de cellules vivantes, contient des créaturesdifficilement identifiables. Elles semblent en mouvement dans l'espace de la toile, mais plus quetout, elles se multiplient et prolifèrent sur le fond vierge. Les formes noires habitent la toile commel'ocytocine habite le corps et s'y développe.

 

Le tracé des points est à la fois bulles et molécules.Ceux-ci s'affirment comme des sensations autant que des phénomènes chimiques.Picotements, et fourmillements dans le ventre, sont des ressentis souvent décrits et associésau sentiment amoureux.

 

Ricardo Ozier-Lafontaine s'y attache et va même jusqu'à reprendre lesmotifs des ailes de papillons et de libellules pour se référer à l'expression «avoir des papillons dansle ventre». Tout naturellement, son graphisme tend à s'organiser, à «s'embryonner» et laisseapparaître des cordons qui s'échappent de la toile. Avec ce travail, Ricardo Ozier-Lafontaine navigue entre l'idée du sentiment amoureux et la gestation. Il se détache des représentations classiques en empruntant ponctuellement à la science ou aux expressions populaires, les formes qui peuplent ses créations.

 

Pauline Bonnet, agrégée en arts plastiques,,

doctorante en arts caribéens.

Février 2021